dimanche 11 février 2018

Le jour où je suis partie (Charlotte Bousquet)

Editions Flammarion
186 pages
13 euros


4ème de couverture

"C'est là-bas que je dois aller. A Rabat. Pour fuir ce mariage dont je ne veux pas. Pour rejoindre ces femmes, et marcher à leurs côtés en mémoire de mon amie."

Tidir rêve de liberté. Courageuse et déterminée, elle quitte son petit village près de Marrakech pour participer à la marche des femmes à Rabat. Au cours de son périple, la jeune femme doit faire face au mépris des gens et apprend à assumer son statut de femme libre.


Mon avis

La couverture de ce roman est juste magnifique... Quant à la 4ème de couverture, elle était prometteuse. Deux choses donc qui m'ont donné l'envie d'ouvrir ce roman.

Dès les premières pages, j'ai été happée par ce récit. L'auteur nous plonge dans la vie de Tidir, une jeune adolescente marocaine. A travers son histoire, nous allons découvrir la condition de la femme dans ce pays par les traditions ancestrales qui sont toujours présentes.

Le moins que l'on puisse dire c'est que ce personnage est attachant et a un caractère bien affirmé. En effet, elle n'est pas prête à admettre le destin que sa famille lui réserve. Il n'est pas question qu'elle subisse le même sort que son amie d'enfance qui a fini par se suicider après avoir été mariée de force à son violeur. Un mariage arrangé, pour elle, il n'en est pas question.
Elle décide donc de tout quitter du jour au lendemain avec pour seul bagage: un sac à dos, un tout petit peu de nourriture et un tapis qu'elle vendra pour se faire un peu d'argent.
Mais pour aller où? A Rabat afin de participer à la marche des femmes luttant pour l'émancipation de celles-ci.
C'est un long voyage qui l'attend. Un voyage semé d'embûches et de rencontres qui marqueront le reste de sa vie. 

C'est un récit engagé que nous propose l'auteur. Un récit qui dénonce la maltraitance faite aux femmes ainsi que les mariages forcés encore présents dans de nombreux pays du monde.
Tidir, par son récit, nous dévoile le combat de ces femmes. Elle est la porte-parole de celles-ci. La porte-parole de femmes qui ne souhaitent qu'une chose: pouvoir vivre librement sans devoir céder aux traditions qui bafouent leurs droits.
C'est avec une sensibilité toute particulière que l'auteur aborde ces thèmes bien compliqués. Une douceur qui fait que, parfois, on peut regretter un léger manque de profondeur dans certaines parties du sujet ainsi qu'un manque également de crédibilité.

Cela n'enlève rien au fait que cette lecture est indispensable tant elle est intéressante par le sujet qu'elle propose. Un texte fort qui met en avant la différence entre les classes sociales, le phénomène du mariage forcé et les droits des femmes bafoués. Un roman qui amène à la réflexion sans hésitation.


Ma note

15/20

7 commentaires:

  1. Merci pour cette découverte. Je la garde en tête!

    RépondreSupprimer
  2. Merci de ta chronique ! c'est une auteure que j'aimerais beaucoup découvrir, alors pourquoi pas avec ce titre !

    RépondreSupprimer
  3. Merci pour la découverte, mais je passe mon tour ;-)

    RépondreSupprimer
  4. J'avoue que pour le coup, je ne suis pas spécialement tentée...

    RépondreSupprimer
  5. J'aime ce type de roman, alors, pourquoi pas?
    Bon mardi gras !

    RépondreSupprimer