dimanche 21 janvier 2018

La noirceur des couleurs (Martin Blasco)

Éditions École des loisirs
 246 pages
15.50 euros


4ème de couverture

Cinq bébés enlevés.
Un projet expérimental diabolique consigné dans un journal intime. 
Un journaliste qui enquête sur ces disparitions vingt-cinq ans après.
1910, Buenos Aires. Une jeune femme réapparaît au domicile de ses parents après avoir disparu une nuit alors qu'elle dormait dans son berceau.
Une belle amnésique, un jeune homme qui se comporte comme un chien., les images hallucinées d'une session d'hypnose sont les pistes qui conduiront Alejandro à remonter le fil de cette sombre histoire jusqu'à un dénouement aussi terrifiant qu'inattendu. 


Mon avis

Un titre intriguant, une quatrième de couverture prometteuse, une fin époustouflante... Voilà ce qui ressort de cette lecture.

Un bon thriller, pour adolescents, n'est pas facile à trouver. De manière générale, le suspens s'essouffle rapidement et les facilités, liées au genre, apparaissent. On ne va pas dire qu'on n'en retrouve aucune ici, ce serait mentir mais j'avoue, que dans ce cas-ci, ce thriller est relativement bien construit.

Tout commence en 1885 quand 5 bébés sont enlevés à Buenos Aires. Ils ont tous des origines bien différentes mais ont un point commun : leurs parents ont fui leur pays pour se réfugier en Argentine. A l'époque, cette histoire ne fait pas le buzz et n'est même pratiquement pas prise au sérieux. L'enquête est vite abandonnée. Les parents devront vivre avec de nombreuses questions sans réponses.

Nous voilà, à présent, de retour en 1910... L'Argentine se prépare à fêter le centenaire de sa république quand un journaliste reçoit la visite d'Omar Annuar, le père d'un de ces bébés. C'est ainsi que Alejandro découvrira pour la première fois cette histoire. Ce papa nous dévoile tout ce qu'il sait, c'est-à-dire pas grand chose finalement... Mais pourquoi faire appel à un journaliste 25 ans après ? La réponse est incroyable... Sa fille vient de réapparaître. Elle n'est plus du tout la même mais est bien là, vivante. Que lui est-il arrivé pendant toutes ces années ? Ce père a besoin de réponses et demande à notre journaliste d'enquêter.
Si ce dernier est réticent, au départ, après avoir rencontré cette jeune fille, il ne l'est plus du tout et se met très vite à la recherche des autres familles. Il découvrira d'ailleurs que deux autres enfants, complètement métamorphosés, sont eux aussi rentrés chez eux. Mais que s'est-il passé durant toutes ces années ?

A travers ce livre, l'auteur nous raconte deux histoires. Tout d'abord, celle des enfants disparus mais aussi celle du Docteur Andrew, l'homme qui a enlevé ces bébé, à travers son journal intime. Les passages de ce dernier qui nous sont proposés sont à glacer le sang. C'est grâce à celui-ci que nous découvrirons d'ailleurs que chacun de ces enfants, a été rebaptisé par le nom d'une couleur c'est-à-dire Azur, Vert, Blanc, Marron et Noir. Nous découvrirons également qu'ils vivent tous sous le même toit sans le savoir, à l'exception de Blanc qui lui est élevé en ville par une nourrice. Ils ne se rencontreront que de nombreuses années après. Chacun de ceux-ci est élevé différemment. 
Dans quel but ? Créer des hommes nouveaux capables d'aborder le 20ème siècle autrement. Un projet fou, expérimental et effroyable que le lecteur découvrira au fil des pages. 
Je vous parlais de cette fameuse rencontre bien des années après l'enlèvement... Une rencontre qui va tout bouleverser.
L'alternance, de ces deux récits, est efficace. En effet, elle fait naître grâce à cela de nombreuses interrogations.

Le lecteur reste en haleine tout au long du récit, le suspens est omniprésent. Les chapitres courts permettent aux plus jeunes une lecture rapide et une attention permanente. J'avoue avoir émis de nombreuses hypothèses toutes plus fausses les unes que les autres. Une fois la fin du récit venue, et même si l'auteur utilise quelques facilités du genre, c'est une nouvelle claque que je me suis prise tant je ne m'attendais pas à cela. 

Petit bémol, il fallait bien en trouver un... Le principe des couleurs aurait pu être un tout petit peu plus approfondi, mais personnellement, je n'en tiens pas rigueur à l'auteur.


C'est un thriller bien construit, glauque, tordu au climat pesant que je ne peux que vous conseiller de découvrir. Un vrai coup de coeur pour moi.


Ma note


3 commentaires:

  1. C'est un très bel avis coup de coeur, qui ne peut que faire envie !

    RépondreSupprimer
  2. Tu me tentes, là...
    C'est sûrement mon genre !
    Bonne semaine.

    RépondreSupprimer