mercredi 26 avril 2017

Imagiers sonores



Aujourd'hui, c'est deux imagiers que j'ai décidé de vous présenter. Des imagiers à animer et à écouter. Parfait pour jouer avec les plus petits. Ici, c'est autour des onomatopées qu'ils seront centrés.

Editions Nathan
10 pages
10.95 euros


Le premier "Meuh!" nous plongera dans l'univers de la ferme. Tandis que le deuxième "Smack" nous emmènera à la rencontre du corps.

Les enfants pourront animer des volets et ainsi voir la réaction des personnages ou des animaux mais aussi appuyer sur des petites pastilles qui laisseront échapper un petit bruit. Rire, éternuement, vache, poule ou encore cochon... autant de bruits avec lesquels l'enfant pourra se familiariser pour ensuite les reproduire ainsi que bien d'autres à la fin de chaque livre.

Deux livres sympathiques pour les petits curieux.


Ma note

16/20

mardi 25 avril 2017

Journal d'un dégonflé - carnet de bord de Greg: tome 1 (Jeff Kinney)

Merci à audiolib
Date de parution: 22 mars 2017
A partir de 8 ans
Durée: 2h24
13.80 euros


Présentation de l'éditeur

Greg Heffley a 12 ans, un grand frère musicien qui lui fait des blagues, un petit frère qui le colle, un copain qu'il supporte histoire de ne pas être seul, des problèmes avec les filles qui pouffent à longueur de journée, des parents qui ne comprennent jamais rien à ce qu'il demande... Un jour sa mère lui offre un journal intime, que Greg rebaptise en carnet de bord.
"Si elle croit que je vais écrire là-dedans ce que je ressens ou je ne sais pas trop quoi, elle se fourre le doigt dans l’œil."
Heureusement, entre ce que dit Greg et ce qu'il fait vraiment, il y a un monde...

"Un jour, je serai célèbre, mais en attendant, je suis coincé au collège avec une bande de débiles."


Mon avis

Je vous l'avais annoncé, audiolib fait peau neuve avec une nouveauté qui m'enchante... UNE COLLECTION JEUNESSE. J'ai eu la chance de pouvoir tester certains ouvrages de celle-ci et je vais me faire une joie de vous en parler au fil des jours. Il faut bien commencer par un titre... C'est avec celui-ci que je me lance.

L'auteur nous plonge, à travers ce récit, dans  l'histoire de Greg, un jeune garçon de 12 ans qui rentre en 5ème. Pour sa rentrée, sa mère lui offre un journal intime, non, un carnet de bord afin qu'il puisse écrire tout ce qu'il ressent. Greg n'est pas du tout convaincu par cet achat et c'est en traînant les pieds qu'il commence à écrire avec un but tout de même derrière: quand il sera célèbre, il pourra distribuer son carnet aux journalistes afin d'éviter de devoir répondre aux mêmes questions.
Cependant, avant la célébrité, il devra affronter les filles, les garçons plus forts de sa classe et je vous en passe... Cela risque de ne pas être tous les jours, une partie de plaisir...

Pour être honnête, je connaissais déjà cette histoire étant donné que ce livre est dans ma bibliothèque de classe. L'ouvrage papier fait mouche par ses dessins et son humour. Il va s'en dire que j'attendais donc beaucoup de cette écoute.
Je ne fus pas déçue car le lecteur est véritablement bon! Il arrive à prendre l'intonation parfaite pour représenter Greg dans les différentes situations qu'il peut vivre. Ce fut une vraie partie de plaisir que d'écouter ce livre. Les fous rires que nous avons eus ne se comptent même plus.

Cependant, pour ce livre, je préfère tout de même la version papier et ses dessins très attrayants.
Cela ne veut pas dire que je ne vous conseille pas du tout ce livre audio, bien au contraire. Il sera parfait pour les plus jeunes ou pour les faibles lecteurs. Ce serait une première approche parfaite pour eux.


Ma note

15/20

Un mois = une illustration et/ou un thème (session 21)



C'est avec beaucoup de retard que je vous propose cette nouvelle session. Comme je vous l'ai annoncé il y a peu, mon petit loup a pointé le bout de son nez et j'avoue avoir mis un peu le blog de côté.
Alors, après un peu de repos, me revoilà en pleine forme.

La session précédente en a effrayé plus d'un par son thème et finalement, je suis surprise de voir le nombre de lectures que vous avez trouvées. Personnellement, j'ai pris beaucoup de plaisir à vous lire et ma pal s'est remplie un peu plus vu que deux livres sont venus l'y rejoindre.
Il est donc temps de vous annoncer le thème et l'illustration de la prochaine session... 
C'est la couverture de Manika qui a été retenue... quant au thème, il vient de moi...
Alors allons-y! 


Votre couverture devra être: Très colorée


ET/OU


Quant au thème, ce sera: L'amour


Cela vous inspire-t-il? Remise des copies le 29 mai.


Bonne lecture à tous.

samedi 22 avril 2017

Une petite chose sans importance (Catherine Fradier)

Editions Au Diable Vauvert
172 pages
12 euros


4ème de couverture

Atteint du syndrome d'Asperger, Sacha porte à 14 ans un regard décalé et innocent sur le monde. 
Retiré de l'école, il vit avec sa mère, médecin humanitaire. Lors d'une mission  en République Démocratique du Congo, il sympathise avec Destinée, une enfant soldat. Les deux ados se retrouvent embarqués dans une aventure dangereuse, pleine de suspense et d'émotions, pour échapper aux griffes de trafiquants sans scrupule...


Mon avis

Un auteur que je ne connais pas, une maison d'édition peu connue également, et donc, vous l'aurez compris, une grosse envie de découvrir cela. Que nous a donc proposé l'auteur ici?

Elle nous emmène au Congo pendant une mission humanitaire. Nous y ferons la connaissance de Sacha et de sa maman, médecin humanitaire. Sacha est un adolescent qui souffre du syndrome d'Asperger. Sa scolarité n'a pas été des plus faciles et suite à de la violence physique, il ne fréquente plus l'école. Depuis ce jour, sa mère l'emmène dans toutes ses missions humanitaires. Vivre avec ce syndrome n'est pas facile... Entre tocs, horreur de la couleur marron et l'amour des chiffres, Sacha vit un peu retiré des autres.


"Apprendre à vivre avec Asperger n'est pas le plus difficile. C'est avec les autres qu'il faut apprendre à vivre, et parfois les autres n'y tiennent pas vraiment."


Un jour, Sacha va faire la rencontre de Destinée. Cette dernière vient d'être recueillie sur le camp; c'est une enfant soldat. En effet, dans ce pays, c'est souvent le sort réservé aux enfants. Petit à petit, ils vont s'apprivoiser, vont apprendre à se découvrir... C'est le début d'une belle amitié... 
Le but premier du camp est d'aider ces jeunes à sortir des conflits et de la violence. Cependant, l'objectif de Destinée n'est pas tout à fait pareil. Elle vit, survit dans un seul et unique but: aller délivrer son fil "Espoir" et enfin pouvoir vivre heureuse et en paix avec lui.
Pour y arriver, elle n'a pas d'autres choix que de quitter le camp sans prévenir. Et dans cette fuite, elle va embarquer Sacha avec elle... Un imprévu avec lequel il va falloir faire... C'est le début d'un long et difficile périple!

Ce livre ne m'a pas laissée indifférente. Le fait que le narrateur soit Sacha lui-même, rend ce récit encore plus poignant. Il va en effet nous dévoiler son quotidien avec cette maladie qui vit en lui. Un quotidien pas toujours facile mais qu'il doit affronter.


"Rien de nouveau dans ma tête, Asperger est toujours là. Je suis différent et le resterai. Il faut que je continue à apprendre à vivre avec, il n'y a pas d'autre solution."


De nombreux thèmes importants sont abordés dans ce livre et permettent d'ouvrir de nombreux débats tels que le travail des enfants ou encore le syndrome d'Asperger. De plus, la thématique des enfants soldats n'est pas une thématique récurrente en littérature jeunesse. 

Quant à la plume de l'auteur, elle est agréable et fluide. Elle nous happe et impossible de se décrocher du récit. L'intrigue est rudement bien menée et la tension est palpable et permanente.

Une vraie belle découverte que je ne peux que vous conseiller. Tout est réuni pour rendre le lecteur surpris et heureux. Des personnages attachants, une plume agréable, une histoire poignante, beaucoup d'émotions différentes, ... Bref, un régal.

Alors malgré une fin comme on ne l'attend pas, j'ai hâte de connaître la suite des chroniques lunaires d'un garçon bizarre... Car oui, il s'agit bien d'un premier volet.


Ma note

15/20  

jeudi 13 avril 2017

Plus folles que ça tu meurs (Denise Bombardier)

Merci à Gilles Paris
Editions Flammarion
269 pages
19.90 euros


4ème de couverture

Elles ont tout réussi. Ou presque. Car leur vie amoureuse, bien que trépidante, vire au désastre.

Cinq amies. Franches, directes, indépendantes, décomplexées. Partagées entre la peur de vieillir et le désir de savourer à fond les belles années qu'il leur reste, elles ont choisi de se dire - avec humour et liberté - que la vie et la sexualité ne s'arrêtaient pas à 60 ans. Et si, au contraire, elles commençaient maintenant?

Dans ce roman truculent, tendre et drôle, où les héroïnes parlent du sexe sans tabous et avec une franchise réjouissante, Denise Bombardier montre une nouvelle fois qu'elle sait toucher le cœur des femmes.


Mon avis

L'amour avec un grand A, l'amour que toute femme recherche, que toute femme attend avec impatience. Mais que représente ce grand A? Qu'est-ce que l'homme idéal? Le trouve-t-on un jour d'ailleurs?

L'auteur tente, ici, de répondre à ces différentes questions. Pour y arriver, elle met en scène 5 amies proches de la soixantaine. Des femmes d'âge mûre, qui ont réussi leurs carrières et créé leur famille. Elles jouissent à présent d'une certaine liberté que les femmes plus jeunes n'ont pas spécialement. Plus de contraintes familiales, plus de contraintes horaires, ... de quoi mettre du piment dans une vie car plus besoin de calculer, elles peuvent dès à présent se rattraper.
C'est bien l'histoire de 5 femmes libérées et déjantées que l'auteur nous livre ici. 5 femmes qui ne mâchent pas leurs mots pour nous dépeindre leurs relations amoureuses mais aussi leur sexualité. 

C'est en effet, un des thèmes que l'auteur aborde dans son roman: la sexualité des plus de 60 ans. A cet âge doit-on s'interdire cela? Qu'en est-il des relations amoureuses? Il fut un temps où le sujet était tabou car cela n'était pas décent mais à l'heure d'aujourd'hui, il n'est plus du tout question de le mettre de côté.
5 féministes qui vont vous livrer leurs histoires, leurs relations, leurs tristesses et leurs désillusions. Le tout sur un ton direct mais avec une touche de tendresse! L'auteur va au vif du sujet et ne mâche pas ses mots ce qui donne d'ailleurs quelques passages cocasses, crus et drôles.

"J’ai craqué pour ses yeux tristes et sa façon d’engloutir la nourriture... Ça m’a, à la fois, touchée et excitée. Mais j’avais mal décrypté son regard car, hélas, j’avais oublié mes lunettes dans la voiture ! C’est après avoir couché avec lui que j’ai découvert qu’il n’était pas triste mais sans aspérité, et qu’au contraire son sexe, lui, était triste au possible."

Il ne s'agit pas ici de grande littérature mais d'un bon roman détente qui aborde, avec humour, quelques sujets importants comme la complexité de l'amitié féminine ou des relations mère/fille ainsi que la sexualité des sexagénaires. Un roman à découvrir sans hésitation.


Ma note

15/20

jeudi 6 avril 2017

Un sale livre (Franck Andriat)

Editions Mijade
142 pages
7 euros


4ème de couverture

La prof de français propose à ses élèves de lire un roman qui relate l'itinéraire de Nadir, un jeune réfugié syrien. Le sujet est dur, le ton du récit est réaliste. Chaque lecteur reçoit le livre différemment. Le roman provoque le débat.
C'est décidément un sale livre, dont aucun lecteur ne sort indemne.


Mon avis

Franck Andriat est un de mes auteurs préférés en littérature jeunesse. Sa plume, ses thèmes fétiches, tout est réuni pour me faire passer un bon moment. Qu'ai-je pensé de celui-ci?

A travers son roman, l'auteur ne déroge pas à la règle et nous plonge au coeur d'une école. Nous y ferons la rencontre de Justine, Tristan, Philippe et un grand nombre d'autres élèves. Nous y ferons la connaissance également de plusieurs professeurs ainsi que du directeur.

Tout commence le jour où madame Latour, professeur de français, décide de proposer une nouvelle lecture à ses élèves "Rien, Nadir". Ce dernier nous livre le combat de Nadir, un jeune réfugié syrien, pour fuir les horreurs de son pays.
Très vite, cette lecture va faire polémique... Que ce soit les parents, les autres enseignants, les élèves, chacun y va de son avis. Pour Tristan, bon lecteur, ce livre n'est pas mal mais le vocabulaire est trop pauvre; quant à Justine, elle déteste lire d'habitude et là, elle l'a dévoré.
Sans parler de l'avis de certains professeurs qui ne peuvent imaginer que la lecture peut être un plaisir avant tout sans passer par les classiques du genre.

Avec ce roman, Franck Andriat frappe fort! Il a fait le pari osé de nous embarquer dans un double récit et le moins que l'on puisse dire, c'est que le pari est réussi.
D'un côté, il traite des thématiques fortes comme l'ouverture à l'autre, le respect de la différence, la difficulté d'être un immigré, ... De l'autre, il ouvre le débat sur ce qu'est la lecture,ce qu'est un bon livre.


"Celle-là! Ne pourrait-elle pas préparer les jeunes à affronter les exigences du lycée plutôt que de vouloir leur donner l'envie de lire? Lire est un travail, un apprentissage, pas un plaisir! Danielle Laureat n'a que faire de ceux qui affirment le contraire. Elle a déjà eu de belles prises de bec avec ses collègues à ce propos et elle sait qu'en catimini, les plus jeunes (même si elle n'a que quarante-quatre ans) la surnomment "la momie".
Rien, Nadir: lorsqu'elle a découvert le titre du nouveau roman que son fils devait lire pour le cours de français, elle a eu envie de pleurer. Lamentable! Et son Philippe obligé de se farcir cela alors qu'elle venait de le convaincre d'entamer Bel Ami de Maupassant. Elle a intercepté le roman et l'a emmené dans sa chambre." 


En tant qu'enseignante, ce livre ne m'a pas laissée indifférente. Le débat sur la littérature jeunesse est fréquent! De nombreux puristes n'acceptent pas cette littérature et préfèrent rester sur "la grande littérature", les "classiques" du genre. Pourtant si, à l'époque, on m'avait proposé un livre m'apportant excitation, joie, ivresse, j'en aurais sûrement lus davantage à l'école. De trop nombreux jeunes sont dégoûtés de la littérature à cause des titres proposés! Avec ce livre, Franck Andriat nous fait réfléchir à cela! 

Une vraie belle découverte que je ne peux que vous conseiller. Une confrontation d'opinions qui amène à la réflexion! 


Ma note

18/20

vendredi 31 mars 2017

Petite fantôme (Mathilde Alet)


Editions Luce Wilquin
152 pages
16 euros


4ème de couverture

Quand on a une grande soeur, on passe les quinze premières années de sa vie à essayer de lui ressembler et les suivantes à essayer d'être différente.

Les soeurs Gil et Jo Agnelli entretiennent leur complicité en se retrouvant chaque mercredi à la même heure aux café "Les Trois Compères", qu'elles surnomment "Les Deux Commères". Gil est assistante auprès d'un cabinet d'avocats et apprentie-écrivain. Son rêve de faire publier son premier roman rétrécit à mesure qu'elle reçoit les lettres de refus des maisons d'édition. Suivant les conseils de Jo, elle décide d'écrire un autre livre. Un livre qui sera publié, commenté, lu. Un best-seller! Les deux soeurs se lancent alors dans une aventure littéraire qui bouleverse leurs repères, perturbe même leurs sacro-saints rendez-vous du mercredi. Que reste-t-il d'un lien quand on en perd les habitudes?

Mon avis

Deuxième roman de l'auteur et première découverte pour moi. Qu'en ai-je pensé?

A travers son récit, l'auteur nous plonge dans le monde de deux sœurs! Un monde rythmé de routines et habitudes... Et pourtant, c'est dans un univers bien particulier que nous sommes plongés, un univers bercé par l'envie d'écrire. L'une a la plume mais manque de confiance en elle suite à de nombreux échecs et désillusions. L'autre présente bien et la confiance ne lui fait pas défaut. Ensemble, Gil et Jo se lanceront dans une aventure hors norme et écriront ainsi leur best-seller. L'une sera la plume, l'autre le visage. Ainsi naîtra "Esther Egova".

Il ne faut pas s'y méprendre, ce projet un peu fou ne comporte pas que des avantages. Qui est réellement l'auteur de ce best-seller? Une question pesante pour les deux soeurs... Sans parler de leurs habitudes remises en questions... Comment évoluera leur relation? ...

Dès les premières pages, par une écriture subtile mais fluide, l'auteur nous plonge dans son récit. Il est difficile de le quitter tant on a envie de connaître le dénouement de cette histoire. En effet, très vite, on ressent un malaise. Alors que Gil attend Jo comme d'habitude, au même endroit, cette dernière ne viendra pas. Elle ne viendra pas non plus au rendez-vous suivant... La faute à qui? à quoi?

C'est avec beaucoup d'humour que l'auteur aborde ce thème important que sont les relations familiales compliquées. Outre cela, ce livre est une mine d'or en références littéraires. Que ce soit titres de romans ou encore émissions littéraires, je ne peux qu'apprécier.


"Peu avant l'arrivée à Bruxelles, le jeune homme termine "les frères Karamazov". C'est un moment important auquel Gil ne devrait pas assister. Il y a de l'intimité à refermer un bon livre. On quitte un monde à regret comme on dit adieu à un ami sur le quai d'une gare. De ces personnages que nous connaissions si bien, nous ne saurons plus rien. Mais le bon livre ne se tait pas à son dernier mot. Il se fait matière amoureuse, matière mémorielle, matière grise chimique sanguine. le livre après la lecture coule dans nos veines comme nos amours passées s'il a su changer ne serait-ce qu'une parcelle indicible de notre regard sur le monde. Gil devine dans les yeux du jeune poète le vague à l'âme de son adieu au chef-d’œuvre. La voix enregistrée annonce en quatre langues leur arrivée imminente en gare de Bruxelles-Midi, le terminus de ce train. Alors, le voisin adresse à Gil son tout premier regard. Il lui tend son exemplaire des "Frères Karamazov".


Je finirai en vous disant qu'étant belge, j'ai pris beaucoup de plaisir à me balader dans Bruxelles. Les descriptions de l'auteur sont tellement claires que l'on a l'impression d'y être. Je me resituais les endroits, revoyais les monuments. Une belle promenade par procuration. 

Je ne peux que vous conseiller de lire ce roman car même s'il comporte quelques petits défauts, il est subtile et réussi! 


Ma note

16/20