samedi 11 novembre 2017

Chaman (Maxence Fermine)

Editions Michel Lafon
131 pages
16.95 euros
Parution: 12 octobre 2017


4ème de couverture

"Le jour où Richard Adam comprit qu'il n'avait qu'une vie, il n'avait jamais été si proche du ciel."

Charpentier sur les immenses tours d'acier de Duluth, dans le nord des Etats-Unis, Richard Adam n'a jamais oublié le sang indien qui coule dans ses veines. Mais le retour sur la terre natale de ses ancêtres pour enterrer sa mère va toutefois le plonger dans un monde dont il n'aurait jamais soupçonné l'existence.


Mon avis

Placez-vous dans un endroit calme et paisible! Fermez les yeux! Prenez le temps! Ouvrez les yeux! C'est dans une réserve indienne que vous vous retrouverez. Sentez-vous l'odeur du feu de bois? Du calumet? Entendez-vous les chants, les cris, le bruit du vent dans les arbres? 

A travers ce livre, Maxence Fermine nous emmène en Amérique du Nord, sur les territoires amérindiens, ou, tout du moins, ce qu'il en reste. C'est là que nous rencontrerons Richard lors de son voyage sur sa terre d'origine. N'imaginez pas que c'est un indien qui vit là, on est loin du compte. Il est charpentier, vit en ville et est complètement asocial. Que fait-il là alors? Il vient de perdre sa mère et a décidé de respecter ses dernières volontés. Il doit donc se rendre sur la terre de ses ancêtres afin d'y disperser ses cendres. Ce voyage initiatique va laisser en lui des traces profondes. Il y fera de nombreuses rencontres, plus belles les unes que les autres. Sa transformation est réelle et incroyable au fil des pages. 

"La route est longue qui mène aux origines de toute chose, et chaque être qui ose se retourner sur lui-même est en proie au poison de la nostalgie.C'est aussi le moyen de faire table rase du passé, et de prendre du recul.
Même un type aussi taiseux que lui n'échappait pas à la règle. Il revenait aux sources. Comme si, de nouveau, il se trouvait dans le ventre de sa mère."

L'auteur a une plume magique. En quelques lignes seulement, il a ce pouvoir de nous transporter littéralement dans un autre monde. Les descriptions sont telles, qu'en fermant les yeux, on se retrouve là où il a décidé de nous emmener. Il ne reste plus qu'ensuite à se laisser porter par l'histoire. Chose évidente car la plume de l'auteur est tellement poétique, légère, humaine et délicate que le lecteur n'a aucun problème à se plonger dedans. 

Ainsi, dans ce livre, le lecteur se sent au plus près de la nature au coeur d'une réserve indienne. Il en prend plein les yeux et plein les oreilles. Il a cette chance de découvrir un monde peu connu mais si riche et fascinant, un peuple au coeur noble. Plongé dans cet univers hors du temps, le lecteur découvrira ainsi des rites, des coutumes et des croyances qu'il connaît bien peu. A chaque début de chapitre, l'auteur nous propose une nouvelle citation indienne. Chacune d'entre elles nous fait partager la culture des différentes tribus.
L'auteur n'oublie pas également de nous donner quelques références historiques nous permettant ainsi de mieux comprendre les conflits opposants les indiens aux hommes blancs.

Le seul petit bémol de ce livre est qu'il est trop court, comme à chaque fois. Découvrir ce peuple, ces traditions m'ont fait vibrer. J'aurais voulu en connaître davantage. 

Ce retour aux sources, cette quête d'identité est remarquable. Le moins que l'on puisse dire c'est que ce roman est beau, troublant et merveilleusement bien écrit. Il traite d'un sujet sensible, celui d'un peuple opprimé. Le tout avec une certaine délicatesse et un calme intérieur. Un livre à lire sans hésitation.


Ma note

18/20


A écouter...




mercredi 18 octobre 2017

Inséparables (Sarah Crossan)

Editions Rageot
410 pages
16.70 euros


4ème de couverture

Grace et Tippi. Tippi et Grace.
Deux soeurs siamoises, deux ados inséparables, entrent au lycée pour la première fois...

Elle me dit: "On peut aller au lycée, 
et avoir un boulot, 
et conduire une voiture et nager et partir en rando.
Tu sais que je te suivrai
n'importe où, Gracie.
Tout ce que tu veux, 
dis-le-moi,
et on le fera.
On peut tout faire, 
OK?

Je lui réponds: "Ok".

"Mais ce qu'on ne pourra jamais faire, c'est tomber amoureuses. C'est clair?"


Mon avis

Ce livre aborde un thème très peu présent en littérature jeunesse: les enfants siamois. 

Pour en apprendre un peu plus, l'auteur nous propose de suivre Grace, l'une des des soeurs. Cette dernière est reliée par le buste et les hanches à Tippi. Elles sont liées par le sang mais ont deux caractères bien différents. On se doute que cette relation n'est pas facile tous les jours. Elles rêvent parfois d'intimité, de loisirs différents, d'un moment de solitude. Ce corps, elles ont dû l'apprivoiser au fil du temps. Par contre, elles sont d'accord sur un point...: il y a bien pire que leur situation... Elles préfèrent être reliées plutôt que d'avoir un cancer par exemple. Mais quand l'une a un souci cardiaque et entraîne l'autre dans sa chute, l'histoire se complique...

Le moins que l'on puisse dire, c'est que ces deux personnages sont touchants. L'une comme l'autre apportent quelque chose d'essentiel à l'autre. Ensemble, elles sont plus fortes. Que seraient-elles l'une sans l'autre? Au fil des années, des liens importants se sont créés. Ces deux adolescentes nous donnent une sacrée leçon de vie avec leur histoire.

Ce n'est pas que l'histoire de ces deux jeunes femmes qui est évoquée ici, c'est aussi l'histoire d'une famille: une famille en difficulté, qui fait tout pour le bien-être de ses enfants; une famille dans la détresse face aux décisions de leurs filles; une famille qui a dû mal à joindre les deux bouts car la vie s'acharne contre elle.

Ce livre, je l'ai dévoré. Il se lit vite car les paragraphes sont courts. Par contre, j'émets un bémol tout de même... La structure du livre gâche un peu le plaisir de la lecture... des vers libres qui n'ont pas forcément grand intérêt ici. J'aurais préféré plus de détails et pouvoir suivre ces deux protagonistes un peu plus longtemps.

Une histoire bouleversante que je ne peux que vous conseiller où se mêlent la différence, l'amour,  l'amitié et la famille.


Ma note

14/20


Un petit bonus



mardi 17 octobre 2017

Le labyrinthe des histoires (Madalena Matoso)

Editions Nathan
Sortie: octobre 2017
32 pages
14.90 euros


4ème de couverture

Dans ce livre, c'est toi qui choisis les héros, les lieux, et toutes les aventures que vous allez vivre.
A toi d'imaginer les histoires les plus farfelues!

Voyage dans le labyrinthe des histoires et découvre un monde abracadabrant où les princesses combattent des monstres poilus et des singes intergalactiques traversent la galaxie à dos d'éléphant!

Un livre magique aux mille possibilités pour le plaisir d'imaginer et de raconter.


Mon avis


Je n'avais jamais vu un tel livre mais je suis restée ébahie par le concept. A peine rentrés de l'école, nous l'avons essayé avec les enfants. Ce fut un succès garanti. Je vous explique le principe...

Sur chaque page se trouve un labyrinthe avec plusieurs personnages, lieux, situations possibles. A chaque page, l'enfant va choisir le chemin qu'il emprunte et ainsi construite page après page sa propre histoire. Compliqué me direz-vous? Pas du tout car sur chaque page, on retrouvera quelques questions qui aideront l'enfant à construite son histoire pas à pas.

Un concept plus qu'intéressant donc pour développer l'imagination. Le tout avec des pages très colorées et des illustrations simples mais efficaces. Pour les plus jeunes oui, mais je suis certaine que le concept est adaptable pour les plus grands également.

A découvrir sans hésitation.


Ma note

18/20



lundi 16 octobre 2017

Entre deux mondes (Olivier Norek)


Editions Michel Lafon
Parution 5 octobre 2017
414 pages
19.95 euros


4ème de couverture

Adam a découvert en France un endroit où l'on peut tuer sans conséquences.


Mon avis

Il y a de ces livres qui ne peuvent vous laisser indifférent... Il y a de ces livres qui vous touchent au plus profond, vous retirent toutes les larmes que vous gardez au fond de vous... Il y a de ces livres qu'on oublie pas... "Entre deux mondes" est un de ces livres là!
Quand un flic syrien rencontre un flic français, deux flics que tout oppose, cela donne une histoire à couper le souffle.

Adam est un flic syrien prêt à braver tous les dangers, au quotidien, pour son pays. Bastien est un jeune lieutenant muté à Calais avec une adolescente et une femme dépressive.

Calais... Une ville qui fait parler d'elle dans les infos. "La jungle de Calais", cela vous parle? Un lieu où les migrants se retrouvent, un lieu où l'on peut tuer sans conséquences, un lieu où on est pas en sécurité, un lieu où la police n'est pas la bienvenue et où elle ne met pas les pieds. Un lieu où se fréquentent de nombreuses nationalités mais qui ont tous le même but: rejoindre un pays où tout est possible... l'Angleterre! 

C'est dans ce lieu qu'Adam va mettre les pieds quelques jours après que sa femme et sa fille soient arrivées... tout du moins, il l'espère. En effet, Adam a quitté un pays en guerre au régime barbare, où il était en danger. Une seule solution pour protéger sa famille: les faire traverser la méditerranée. Il sait que c'est compliqué mais ce qu'il ne sait pas, c'est que cette dernière est un cimetière gigantesque.

Alors que Bastien fait la rencontre de ses hommes de brigade et de quelques affaires qu'il va devoir mener, Adam, dans des circonstances épouvantables, fait la connaissance d'un gamin somalien qu'il surnommera "Kilani". Ces deux êtres ne feront plus qu'un, ils se protégeront mutuellement. Adam cherchera sa famille, tandis que Kilani sait mais ne dira rien....

Ce roman d'Olivier Norek était attendu par beaucoup de monde. Je ne vais pas dire le contraire, je trépignais d'impatience. Victor Coste en a touché plus d'un par son caractère, ses enquêtes et ses détails sordides. A travers ce livre, l'auteur nous plonge dans un univers bien différent où ce personnage n'est pas présent. Cela pourrait en effrayer plus d'un mais surtout, balayez ce détail et foncez.
Les premières pages surprennent... mais prennent aux tripes. L'envie de vomir arrivent très vite, dès les premières lignes. La colère monte, les mains se crispent... Olivier Norek a le don de tout chambouler en nous et de ne pas épargner ses lecteurs. Il garde sa ligne de conduite, c'est toujours le cas dans ce livre.

C'est dans une histoire réaliste et d'actualité qu'il nous plonge cette fois-ci. Il nous emmène au coeur de la jungle de Calais, au plus proche des migrants. Si il nous a habitué à des enquêtes tordues et prenantes, il n'en est pas du tout question ici, l'enquête est même accessoire.
Il nous amène au plus prêt des hommes, de leurs vécus, de leurs conditions de vie.

Ce roman se lit en apnée... Il nous happe dès les premières lignes et nous plonge dans une dure réalité que nous avons parfois tendance à oublier. Ce livre nous donne une sacré claque qui nous fait comprendre que derrière ces images que l'on voit à la télé, il y a des hommes et toutes les souffrances qu'ils peuvent endurer.

Un roman qu'il faut lire absolument et méditer. Un roman où il est impossible de rester insensible.
Des larmes j'en ai versé, de la colère j'en ai ressenti, l'envie de tuer, je l'ai eu. Un auteur, qui a travers sa plume, nous malmène et nous fait réfléchir. Un auteur qui a trouvé sa place dans le monde des grands. 


Ma note


dimanche 3 septembre 2017

Le vertige des falaises (Gilles Paris)

Editions Plon
245 pages
16.90 euros


4ème de couverture

Sur une île sauvage et désertée, Marnie, adolescente effrontée et fragile, vit au-dessus des falaises au coeur d'une imposante maison de verre et d'acier avec sa mère Rose et sa grand-mère Olivia, qui règne sur la famille et sur l'île tout entière.
Des plaines aux herbes hautes, des sentiers au bord de la mer, la nature se révèle aussi cruelle que les mystères trop longtemps ensevelis.
Et si une seule personne détenait tous les secrets de cette famille et s'en libérait enfin?


Mon avis

Cela fait quelques temps que ce roman est lu et pourtant, je ne publie ma chronique qu'à cet instant. J'ai pris le temps de déguster, de digérer ce roman. J'ai pris le temps de me poser.

Gilles Paris a toujours eu ce pouvoir de nous faire rentrer, facilement, dans la peau d'un enfant et de nous faire vivre sa vie. Vie difficile à chaque fois, c'est le moins que l'on puisse dire. A chaque lecture, j'en sors bouleversée. La vie d'un enfant à la vie compliquée, pour la maman que je suis, n'est pas des plus simples à lire.
Quand on lit du Gilles Paris, on ouvre son coeur, on accepte d'être malmené mais on en sort grandi avec à chaque fois, un nouveau message d'espoir qui nous donne le sourire. 
Qu'en est-il de celui-ci? A-t-il gardé sa même conduite d'écriture?

Et bien, ce ne fut pas une grande surprise que de découvrir que l'héroïne était une jeune fille de 14 ans qui vient de perdre son père. Le moins que l'on puisse dire c'est que cet enfant a un caractère fort. Elle ne se soucie guère des adultes et n'hésite pas à fuguer, par exemple, sans se soucier de ce qu'ils en pensent. Une petite fille brut de décoffrage et pour laquelle je n'avais qu'une seule envie: l'apprivoiser.
Par contre, changement de décor... L'auteur nous emmène au bord de magnifiques falaises pour un huis-clos impressionnant et une saga familiale teintée de drames.

Comme toujours, son écriture est soignée et addictive. Les descriptions qu'il nous fait, sont telles, que l'on croirait s'y trouver. En fermant les yeux, j'ai pu voyager en Bretagne. Mais en les rouvrant, très vite, on revient à la réalité. En effet, la Bretagne est bien loin de nous et c'est sur une île solitaire que l'on se retrouve. Sur cette dernière, on y fait la connaissance de quelques membres de la famille Mortemer. Une famille imposante sur l'île et composée uniquement de femmes. Bizarre me direz-vous? Les hommes sont morts les uns après les autres.

Chaque chapitre donne la parole à un personnage différent. Et c'est bien cela qui donne l'intérêt du récit... Plus on avance dans celui-ci, plus nous découvrons des secrets importants mais aussi sordides au point qu'on ouvre des grands yeux et que l'on en reste bouche bée.
Avec ces secrets, on comprend mieux le comportement de Marnie. Alors que les adultes ont toujours tenté de lui cacher ceux-ci... Cette petite est plutôt de nature curieuse et laisse trainer ses oreilles partout... Bref, elle sait tout!
Alors quand cela ne va pas, elle s'isole au bord de ces gigantesques falaises et retrouve "Jane", sa "soeur de coeur"... Un moment pour décompresser et oublier.

Je ne vous en dirai pas plus sur ce récit pour ne pas vous gâcher cette lecture mais... Je ne peux que vous conseiller de vous procurer ce livre plus que rapidement.

Un bon huis-clos aux secrets de famille incroyables et tout cela, dans un décor magique.


Ma note

17/20

jeudi 10 août 2017

Question de standing (Sophie de Villenoisy)

Editions Denoël
198 pages
16.50 euros


4ème de couverture

Caroline n'a jamais eu de problèmes avec l'argent.
Elle a même toujours été assez douée pour le dépenser!

A quarante-trois ans, Caroline d'Adhémar de Gransac a tout ce dont une femme peut rêver: la beauté, l'argent, l'amour de ses enfants et l'admiration de ses amis.
Sa vie ressemble à une pub de magazine, elle est aussi réussie que son brushing. Marc, son ex-mari et avocat d'affaires, pourvoit à son standing. Jusqu'au couac, le congé parental de Marc, qu'elle n'a pas vu venir et qui la laisse du jour au lendemain sans revenus.
Caroline, qui n'a jamais travaillé, va devoir mettre les mains dans le cambouis et sa manucure va prendre cher. Son ego aussi. Acculée, elle fait un choix terrible, que la morale et sa bonne éducation réprouvent. Ses proches pourront-ils lui pardonner?


Mon avis

Je ne connaissais pas du tout l'auteur avant de me lancer dans la lecture de son livre. Certes, j'avais lu pas mal de critiques positives sur cette dernière mais il était grand temps que je me fasse ma propre opinion.

A travers ce livre, l'auteur nous plonge dans le milieu de la bourgeoisie grâce à l'histoire de Caroline. Cette femme de 43 ans a tout pour être heureuse: de l'argent, des enfants, un standing, ... que demander de plus? Pourtant, un jour, tout bascule. Elle se retrouve sans un sou. Elle, qui n'a jamais travaillé, va devoir trouver des solutions pour s'en sortir... Comment va-t-elle faire?

Avec habileté, l'auteur s'en prend à ce milieu tant convoité. Sans pudeur, elle n'hésite pas à nous proposer des situations cocasses et va en profondeur dans ses idées. Le tout avec une bonne touche d'humour pour faire passer l'ensemble.
Grâce à ce livre, on peut se mettre dans la peau de Caroline, un personnage qui découvre, pour la première fois, ce que c'est que d'être pauvre, d'avoir des fins de mois difficiles, de devoir compter, se priver et même d'avoir des dettes.
Au fil des pages, nous la verrons évoluer. Si au départ, elle était fière, dédaigneuse et hautaine, sa nouvelle vie va chambouler tout cela. Elle nous montrera une autre vision du monde. Elle sera plus humaine et plus attentive aux autres et à ce qui l'entoure.

C'est l'été, les vacances, ce roman est juste parfait pour cette période. Un bon roman de plage, court, comme on les aime. L'histoire est écrite tout en légèreté malgré la situation difficile qu'elle dépeint. Certes, on trouvera des passages peu réalistes mais cela ne gâche en rien la lecture. Avec une écriture agréable, l'auteur nous fait passer un bon moment, tout en nous transmettant un message important: "Dans la vie, la roue peut tourner à tout moment."


Ma note 

16/20

    lundi 7 août 2017

    Piégés dans le train de l'enfer (Hubert Ben Kemoun)

    Editions Flammarion
    164 pages
    13 euros


    4ème de couverture

    "Teddy s'assit, le sac rouge cadenassé, bien posé sur le siège à côté de lui. Interdit d'ouvrir et d'ausculter ce bagage, il connaissait la règle.
    Un mulet transporte son chargement sans se préoccuper de ce qu'on lui a posé sur le dos.
    Il était 14h23 quand il prit place dans le wagon du train à destination de Toulouse. Celui-ci s'arrêterait à Bordeaux à 17h42. 
    A peine plus de trois heures.
    Une affaire vite publiée."

    Mais ce qui semblait tranquille, devient très vite un enfer...
    Quand le hasard se met à nous jouer des tours, il ne sert à rien de chercher à lui échapper.


    Mon avis

    Un bon thriller jeunesse n'est pas facile à trouver. Alors qu'en est-il de celui-ci?

    Hubert Ben Kemoun est un as en littérature jeunesse. Elle n'a plus de secret pour lui.
    A travers ce livre, il a décidé de changer complètement de son domaine de prédilection et nous emmène dans un train pour un huis clos bien ficelé.

    Très vite nous ferons la rencontre de Teddy, un jeune garçon entré dans le train qui a pour mission de transporter un sac de voyage au contenu secret. Tellement secret que ce sac est protégé par un cadenas... de quoi attiser notre curiosité.
    Autour de lui vont graviter de nombreux personnages. Parmi ceux-ci: Dimitri, un ado fugueur et voleur; Mathilde, une jeune femme qui vient de se faire larguer; Solène, une contrôleuse cocue mais aussi Ousmane et Grégoire, les homme de mains d'un certain Monsieur Gabor.
    Chacun, sans le savoir, va être lié aux autres en mettant un pied dans ce train.
    Que dire de tous ces protagonistes? Le moins que l'on puisse dire c'est qu'ils sont nombreux et même trop nombreux. Certes, ils rythment l'histoire car l'auteur a pris le parti d'alterner le point de vue de chacun de ceux-ci. Le lecteur découvrira ainsi leurs observations, leurs projets et ce qu'ils font là. Cependant, il reste sur sa faim car chaque personnage est abordé de manière trop superficielle. On aimerait en apprendre davantages.

    Mis à part cela, j'ai été conquise par ce thriller. Comme dit précédemment, le lecteur n'a pas le temps de s'ennuyer, il n'y a aucun temps mort. Le suspense est présent du début à la fin même si cette dernière reste quelque peu prévisible. Cela ne gâche pas pour autant le plaisir de la découverte.
    L'écriture est tout aussi sympathique. Une plume fluide, agréable et terriblement bien maîtrisée.

    En conclusion: un thriller bien construit, conçu pour pouvoir être lu en 3h, 3h c'est justement le temps que dure l'histoire. Un thriller évoquant des thèmes très durs et qui nous fait réfléchir sur les conséquences de nos choix. 


    Ma note

    14/20