vendredi 20 avril 2018

La princesse Elodie De Zébrazur et Augustin le chien qui faisait n'importe quoi... (Pierre Thiry)

Editions BoD
65 pages
8 euros


4ème de couverture

Elodie de Zébrazur est une princesse. Augustin est un chien. Elodie de Zébrazur aime beaucoup Augustin. Mais Augustin fait n'importe quoi, vraiment n'importe quoi. Et lorsqu'on fait n'importe quoi il arrive des tas d'ennuis. Que va-t-il se passer? 
Tu le sauras peut-être en ouvrant ce livre. En écoutant la musique des phases, en écoutant le bruit des vagues, en écoutant le souffle du vent et le chant des coquillages tu découvriras une infinité de choses merveilleuses et inattendues...


Mon avis

Pierre Thiry a réussi à m'enchanter dès son premier récit. Ce qui me touche chez cet auteur, c'est la magie des mots. Il a une plume splendide. Pouvoir partager un nouveau moment en sa compagnie, à travers ce conte, m'enchanta immédiatement. De plus, pouvoir partager ce moment avec mes petits monstres fut encore plus fort. Mais qu'avons-nous pensé de ce récit?

A travers ce conte, l'auteur nous plonge dans la vie d'Elodie. Elle vit dans un somptueux château et partage son quotidien avec Mme Brichard (la gouvernante) ainsi que son chien, Augustin. Elodie a tout pour être heureuse mais elle n'en peut plus. Elle est prise entre deux feux. Mme Brichard est une maniaque qui range le moindre élément mal placé et qui nettoie toutes les deux minutes. Face à elle, Augustin... qui ne passe son temps qu'à faire des bêtises. Deux caractères complètement opposés et Elodie au milieu qui a bien du mal à vivre sereinement dans cette ambiance.
Mais que faire?

L'auteur a fait le choix de s'adresser, ici, aux plus jeunes lecteurs. Chez nous, il a fait mouche ou presque. Notre petite princesse a adoré le côté "Girly" du livre et s'est très rapidement identifiée à Elodie en s'imaginant être une jolie princesse. Tandis que notre petit prince a beaucoup aimé ce chien rigolo mais une histoire de princesse, ce n'est décidément pas pour lui. Quoi qu'il en soit, ce livre plaira j'en suis certaine car ce récit est tout simplement mignon.
Les illustrations sont à tomber et fonctionnent parfaitement bien avec ce récit. Parfois, elles peuvent alourdir celui-ci mais dans ce livre, il n'en est rien. De plus, elles sont un réel atout car certaines sont en couleurs mais d'autres en noirs et blancs, ce qui permet aux jeunes lecteurs de les colorier et de participer ainsi, à leur manière, à l'élaboration de ce livre.

Quelques petits bémols tout de même... l'adulte que je suis n'a pas forcément apprécié les nombreuses répétitions qui ont alourdi quelque peu ma lecture bien que cela n'a pas dérangé les enfants. Ces derniers, en revanche, ont regretté les prénoms très longs et compliqués qui étaient d'ailleurs imprononçables pour eux.
Un petit conseil donc: le lire à haute voix.

Malgré cela, je ne peux que vous conseiller ce conte qui fait du bien par les temps qui courent et qui aborde les bases de la vie en société. Les jeunes apprendront ainsi ce qu'on peut faire et ne pas faire dans la vie de tous les jours. Un conte pour petits et grands à dévorer sans hésitation.


Ma note

15/20

jeudi 19 avril 2018

Frère des astres (Julien Delmaire)

Editions Grasset
235 pages
19.05 euros


4ème de couverture

Benoît est un pèlerin de notre temps, un drôle de randonneur qui traverse la France, les yeux tournés vers les étoiles. Figure de clochard céleste, digne d'un roman de Kerouac, Benoît va à la rencontre de son destin avec douceur et naïveté.
Librement inspiré de la vie de Saint Benoît Labre, le vagabond mystique du 18ème siècle, Frère des astres et un "road book", nourri de rencontres improbables, de paysages grandioses et de couleurs saturées. Frère des astres s'écoute comme une ballade folk de Johnny Cash. Profondément humain, ce roman chante la joie d'être au monde.


Mon avis

Il m'est difficile de vous parler de cette lecture aujourd'hui tant elle a été compliquée. J'ai commencé ce récit, me suis ennuyée, l'ai arrêté. Impossible de savoir ce que l'auteur souhaitait et où il voulait m'emmener. Et puis, un soupçon de remord, je décide de le reprendre à la première page. C'est lors de ce deuxième essai que la magie a opéré. Autant vous le dire tout de suite, ce n'est pas un coup de coeur. Ce n'est d'ailleurs pas du tout mon style de récit mais il méritait tout de même que je vous en parle. 

A travers ce récit, l'auteur nous plonge dans la vie de Benoît. Dès son plus jeune âge, on peut remarquer que cet enfant n'est pas comme les autres. Il aime la solitude, a des réactions parfois insensée et est diagnostiqué rapidement autiste par les psychiatres qu'il rencontre.
Il a de nombreux frères et soeurs mais la personne qu'il admire le plus est son père. Alors, à la mort de ce dernier, il décide de tout plaquer pour entamer un voyage spirituel à travers la France. Un long périple, de presque 15 ans, que nous pourrons suivre au fil des pages.

La 4ème de couverture nous dépeint un "road book" inspiré de la vie de Saint Benoît de Labre. Je n'aurais pas cité ce terme pour évoquer ce livre car celui-ci  fausse la vision que peut avoir le lecteur de ce récit. De plus, ce n'est pas personnellement à ce personnage que ce livre m'a fait le plus penser mais plutôt à Saint François d'Assise. En effet, notre personnage principal est proche de la nature, des animaux, comme l'était Saint François. Il lègue sa vie au main de la nature, se laisse guider par le bruit du vent, par la chaleur du soleil, par les paroles de Jésus. Au fil de son parcours, il apprend à apprivoiser ce qu'il rencontre et ne fait plus qu'un avec la nature avec laquelle il se nourrit et se soigne tout en la respectant. 
Chaque rencontre sera plus enrichissante que la précédente et apportera une nouvelle dimension à notre héros. Il encaissera les coups durs en toute simplicité sans jamais en vouloir à quelqu'un.
Que dire de plus sur ce dernier? C'est un homme simple et profondément croyant. Chaque page nous montrera un peu plus sa foi. Il partagera souvent des passages de l’évangile de Luc mais sans jamais obliger qui que ce soit à l'écouter. Il n'a pas pour mission de convertir... Il respecte les croyances et les volontés de chacun.

C'est peut-être l'écriture qui m'a le plus touché. Une écriture simple, douce et emplie de poésie. L'auteur nous dépeint des paysages magnifiques. Les phrases sont courtes, les chapitres également; ce qui facilite la lecture. De plus, chacun d'eux, porte le nom d'une étoile.

Vous l'aurez compris, ce n'est pas un coup de coeur mais ce livre mérite d'être lu.  Il évoque la relation à l'autre et met en action tous vos sens. Alors si ce n'est pas forcément de l'action que vous cherchez et que vous n'avez pas peur de faire la rencontre de ce personnage décalé mais profondément bon, foncez et c'est un livre rempli d'espoir que vous découvrirez.


Ma note

13/20

vendredi 6 avril 2018

Le meilleur des amis (Sean Rose)

Éditions Actes Sud
150 pages
16.90 euros


4ème de couverture

Vingt ans après un rendez-vous manqué, un homme s'apprête à retrouver l'ami qu'il a trahi et qu'il n'a pas revu depuis. Du temps de leurs études à Paris, Thibaut et lui ont tout partagé, y compris une passion pour Camille, promise au premier. Au milieu des vignes du domaine familial de Thibaut, attendant de le revoir enfin, le narrateur est assailli de souvenirs aussi réels que la brume qui se lève, le vent sur la joue, la lumière dans les arbres. Pour ce solitaire exilé du royaume de K., petit pays du Sud-Est asiatique, Thibaut incarnait la sérénité bienveillante et joyeuse de qui connaît ses racines et les chérit. Tous deux se complétaient, se répondaient. Aimer Camille, espérer être aimé d'elle, c'était confirmer le lien fraternel en même temps que le bafouer.

Dans ce roman au charme cinématographique, temps et espace se mesurent à l'aune du point zéro de toute existence: le premier amour. Autour de ce centre de gravité de la révélation à soi tournoient les réminiscences, les évocations, les regrets qui lui sont associés et irriguent une vie. L'écriture, élégante et elliptique, accompagne le mouvement dansant de la mémoire quand elle se confie à l'attente.


Mon avis

J'ai lu ce livre dans le cadre du prix horizon 2018. Le titre était plus que prometteur "Le meilleur des amis". Qui n'a jamais rêvé avoir un meilleur ami à qui tout dire, avec lequel partager de bons moments sans rien se cacher? Mais cela est-il possible? Y a-t-il beaucoup de relations de ce genre sur terre? Qui peut dire qu'il n'a jamais rien caché à son meilleur ami?

Connaissez-vous l'histoire de Jules et Jim? Non? Alors écoutez cette chanson avant de continuer la lecture de cette chronique... Cela vous aidera à vous plonger dans l'atmosphère du livre.



L'auteur nous plonge, à travers ce récit, dans la vie de deux amis. Le narrateur, originaire du royaume de K, un petit pays d'Asie est plutôt solitaire. Pour ses études, il s'expatrie à Paris où il fera la rencontre de Thibaut qui deviendra bien vite son meilleur ami. Une amitié fraternelle à peine croyable.
Thibaut, quant à lui, n'est pas parisien pour un franc. Issu d'une famille de vignerons, il ne manque pas un instant pour retourner dans sa campagne auprès des siens pour se ressourcer. Il vit une relation amoureuse avec Camille, passionnée d'art. Le moins que l'on puisse dire, c'est que ce n'est pas du tout sa tasse de thé. Il demande donc à son meilleur ami d'accompagner sa copine dans les différentes expositions et vernissages qu'elle aime tant. Une complicité incroyable mais une amitié qui sera vite mise à rude épreuve... Comment notre narrateur va-t-il gérer ses virées avec Camille?

Ce livre est basé essentiellement sur des souvenirs, des secrets, des non-dits et des regrets. Il nous dévoile un triangle amoureux, un amour fou à en perdre la raison. Un amour capable de tout faire oublier même cette jolie amitié. Le narrateur n'a donc pas d'autres choix que de fuir à l'étranger pour mettre le plus de distance possible avec cet amour impossible. Mais est-ce la bonne solution? Cela est-il si facile? En effet, malgré les années, la distance et un mariage, notre narrateur est incapable d'oublier son premier amour... Camille! Son mariage bat de l'aile, il n'a qu'une envie: renouer contact avec Thibaut et Camille, 20 ans après...  N'est-ce pas une façon de retrouver la paix avec soi-même...? Comment cela va-t-il se passer?

Mon ressenti est assez mitigé face à cette lecture. L'histoire n'est pas du tout original; c'est même du déjà vu. Par contre, grâce à des chapitres courts, une écriture soignée ainsi qu'élégante et de magnifiques descriptions de Paris, l'auteur nous donne l'envie de continuer à découvrir son récit.
Malheureusement, je n'ai pas accroché à celui-ci comme je l'aurais souhaité. J'ai eu beaucoup de difficultés à y rentrer et une fois fait, je me suis totalement perdue dans le temps et dans l'espace. Il m'a fallu la dernière page pour remettre mes différentes pièces du puzzle en place.
Le fait de m'être complètement perdue ne m'a pas aidée non plus à m'accrocher aux différents personnages...

Je ne vais pas pour autant vous déconseiller cette lecture. Je pense qu'elle pourra plaire à de nombreux d'entre vous même si, pour moi, la magie n'a pas opéré. Alors si vous aimez les triangles amoureux, ce livre est fait pour vous.


Ma note

12/20


mercredi 4 avril 2018

Coloriages malins - Poster géant (parc d'attractions)

Editions Nathan
16 pages
4.95 euros


Mon avis

Colorier, c'est déjà apprendre!
Grâce à ce coloriage magique, votre enfant aborde de façon ludique et éducative différentes notions importantes vues lors de la grande section:
  • la lecture des lettres de l'alphabet, en majuscules bâtons, en script et en cursive;
  • la reconnaissance des nombres de 1 à 30.
Ayant un fils un première primaire, il a rapidement sauté sur ce coloriage. Un très grand poster qui l'occupera pendant quelques jours, j'en suis certaine.
Lui qui rouspète souvent pour revoir ses nombres et ses lettres, voici une bonne manière de revoir tout cela avec le sourire. 
Pour l'aider, sur une feuille à part, on retrouve toutes les indications pour colorier: chaque couleur correspond à des lettres ou des nombres.




Avec ce poster, c'est dans le monde des parcs d'attractions que nous sommes propulsés mais il en existe deux autres qui pourront vous faire voyager et amuser vos enfants: le zoo et la carte du monde.

Un coloriage à découvrir sans hésitation. Le nôtre sera encadré une fois terminé!


Ma note

18/20

dimanche 1 avril 2018

EVJF (Liz Blackrock)

Editions Denoël
282 pages
17.90 euros


4ème de couverture

L'enterrement de vie de jeune fille d'Amandine s'annonce sous les meilleurs auspices:
- une organisation au cordeau grâce à Justine, témoin de la mariée,
- un décor paradisiaque: les calanques de Cassis,
- et quatre demoiselles d'honneur triées sur le volet.
Tous les éléments sont réunis pour passer trois jours de rêve!

Amandine attend ce week-end entre copines avec d'autant plus d'impatience que, à trois semaines du mariage, elle est en plein doute. Entre sa belle-famille, des aristocrates englués dans leurs traditions ancestrales, son futur mari, pilote de ligne toujours entre deux long-courriers, et les préparatifs du mariage qui sont loin d'être terminés, Amandine commence à se demander si cette mascarade a toujours un sens...

Pourtant la future mariée va vite déchanter. L'EVJF tant attendu vire au cauchemar: entre coups bas et mesquineries, les masques tombent et Amandine vacille. Mais n'est-ce pas dans l'adversité qu'on reconnaît les siens?


Mon avis

Qui n'a jamais organisé ou participé à un EVJF? Actuellement occupée à en préparer un, je ne pouvais que sauter sur ce livre en espérant pouvoir m'en inspirer quelque peu. Le titre était prometteur et la couverture alléchante. Un seul petit bémol, je ne lis presque jamais de Chick-lit, ce n'est pas du tout mon style de prédilection. Vaille que vaille, je me lance et très rapidement, je me rends compte que m'en inspirer n'est pas la meilleure des idées...

A travers son récit, l'auteur nous dévoile ici une étape inévitable dans la vie d'une future mariée: son enterrement de vie de jeune fille. La mariée s'appelle Amandine. Dans une vingtaine de jours, elle épousera Thomas... l'homme de sa vie. Pourtant, Amandine n'est pas sereine. La famille de Thomas est issue d'un milieu autre que le sien; elle a cette impression de ne pas être à sa place, d'être jugée continuellement et fait tout pour ne pas décevoir les membres de sa belle-famille, quitte à se mettre son futur mari à dos.
Quoi de mieux pour se changer les idées qu'un week-end organisé par ses copines en son honneur ? Alors qu'elle quitte son lieu de travail, ce week-end fou peut commencer...

Au fil des pages, nous pouvons suivre les différentes étapes de ce weekend prometteur. J'avoue qu'au vu du décor et des activités prévues, je serais bien partie les rejoindre. Pourtant, dès le commencement, les premiers incidents arrivent. Pas grand-chose mais de quoi déstabiliser tout le monde. S'ensuit alors une succession de mésaventures, désaccords, de paroles mal placées, de révélations intrigantes et étonnantes, pour finir sur un règlement de comptes inimaginable... Vous l'aurez donc compris, ce weekend prometteur devient rapidement extrêmement mouvementé.
 
Les personnages sont très caricaturaux, propres à ce genre de récit: cela empêche qu'on puisse se rapprocher de ceux-ci. Je n'ai pas réussi à me rattacher à l'un d'entre eux. Même l'anti-héroïne m'a peu touchée car là aussi, elle est très stéréotypée et donc tellement prévisible.

Malgré cela, j'avoue avoir passé un bon moment avec cette lecture. Je ne me suis pas focalisée sur l'écriture car ce n'est pas le point fort de ce roman; on est plutôt sur une lecture détente, agréable, où les fous rires sont nombreux. 
Un roman parfait pour se vider la tête.


Ma note

14/20

jeudi 29 mars 2018

L'homme qui plantait des arbres (Jean Giono)

Éditions Gallimard Jeunesse
64 pages
6.90 euros
A partir de 8 ans


4ème de couverture

En Provence, dans une région aride et sauvage, un berger solitaire plante des arbres, des milliers d'arbres.
Au fil des ans, les collines autrefois nues reverdissent et les villages désertés reprennent vie.
Voici l'histoire d'Elzéard Bouffier, le silencieux, l'obstiné, celui qui réconcilie l'homme et la nature.


Mon avis

A l'heure où l'homme détruit la nature... A l'heure où la terre nous fait comprendre qu'elle n'en peut plus... Ce livre classique, nouvelle édition, illustré fait un bien fou.
Je ne connaissais pas du tout cette histoire mais le moins que l'on puisse dire c'est qu'elle m'a fait réfléchir et je pense la proposer dans mes classes l'année prochaine.


"Pour que le caractère d'un être humain dévoile des qualités vraiment exceptionnelles, il faut avoir la bonne fortune de pouvoir observer son action pendant de longues années. Si cette action est dépouillée de tout égoïsme, si l'idée qui la dirige est d'une générosité sans exemple, s'il est absolument certain qu'elle n'a cherché de récompense nulle part et qu'au surplus elle ait laissé sur le monde des marques visibles, on est alors, sans risque d'erreurs, devant un caractère inoubliable."


Voilà comment commence ce conte écologique empli de poésie. On y fait la connaissance d'un homme, un simple berger qui sans rien demander, plante des glands chaque jour. Petit pas par petit pas, gland par gland, il prend son travail au sérieux et avance chaque jour un peu plus. Certains glands mourront mais d'autres, bien des années plus tard, deviendront de magnifiques arbres centenaires. Une petite action qui apporte du bonheur et du sens au travail qu'il a effectué avec labeur durant toutes ces années. Grâce à cette action désintéressée, il est arrivé à reboiser une région qui était devenue vide et froide. Une réussite incroyable pour ce simple berger.

Par contre, si vous cherchez de l'action dans ce livre, alors passez votre chemin car vous n'en trouverez pas. Mais, si vous vous laissez bercer par les mots, par cette rencontre avec ce berger, par ces paysages incroyables, par le bruit de la nature alors vous en ressortirez tout émerveillé. En effet, outre le joli message que ce livre veut faire passer, il est important de souligner la jolie poésie que l'auteur nous propose avec ce récit.

N'oublions pas de parler des illustrations qui sont justes simples mais sublimes. 

Je ne peux que vous conseiller de découvrir ce récit mais surtout de le faire découvrir autour de vous. Avec sa plume généreuse, juste mais surtout essentielle, l'auteur a pour but de nous faire passer un message écologique et humaniste. Il met en évidence l'action positive dont l'homme est capable dans son milieu... Un exemple à suivre assurément. Un joli message d'espoir, par les temps qui courent, que je ne peux que mettre en avant aujourd'hui.


Ma note










Un petit plus

Je ne pouvais que vous mettre l'adaptation ci-dessous. Une pure merveille.


vendredi 23 mars 2018

Ma mère en vigilance orange (Eric Sanvoisin)

Editions la Joie de Lire
200 pages
14.50 euros


4ème de couverture

Louise va au Lycée, elle adore la poésie, ses amies et son petit frère Rudy. Chaque jour, Louise donne le change mais sa vie n'est pas un long fleuve tranquille. Un beau matin, le père de Louise quitte le navire, laissant sa fille seule aux commandes: faire les courses, le repas, le ménage, vérifier les devoirs du petit frère, sans oublier la piqûre quotidienne pour sa mère gravement malade. Peu à peu, Louise s'enferme dans un rôle qui n'est pas le sien...


Mon avis

L'adolescence n'est pas un passage facile à vivre mais alors, quand on rajoute, une mère malade et un père qui quitte le domicile familial pour se protéger et ainsi laisser seuls les enfants face à cela, on peut dire que cela n'arrange rien.

A travers ce livre, l'auteur nous fait découvrir le quotidien de Louise, une jeune fille qui s'occupe de sa mère, atteinte de la sclérose en plaque et de son frère. Pour arriver au bout de sa mission et éviter le placement de sa maman, elle s'isole de tout et de tout le monde à l'exception de Maya, son amie de tous jours. Mais cela est-il possible bien longtemps?

Eric Sanvoisin signe, ici, un roman fort, puissant et sensible. Il évoque un thème souvent vu en littérature jeunesse acutellement, celui d'un jeune qui aide un parent malade mais son écriture ne tombe pas dans le mélodramatique pour autant. C'est une écriture bouleversante, qui nous touche profondément sans pour autant nous extirper les larmes. Un récit fluide qui permet une accessibilité à un grand nombre de jeunes.
Quand aux personnages, ils sont attachants. Beaucoup de jeunes filles pourraient se reconnaître dans le personnage de Louise, une adolescente comme beaucoup d'autres.

Petit bémol tout de même... On peut reprocher à ce livre, sa fin plus que décevante. Une impression de bâclé, d'inachevé. On a envie d'en savoir plus, de connaître le réel dénouement pas de s'arrêter comme cela.


Ma note

13/20